Crowdfunding : 10 astuces pour réussir vos campagnes !

astuces-reussir-crowdfunding

Les campagnes de crowdfunding ont la cote en ce moment, d’ailleurs, vous en avez sûrement déjà vu quelques unes passer sur votre fil d’actualité de réseaux sociaux ! Et si vous êtes également tentés par l’aventure du financement participatif pour votre projet, voici quelques astuces à ne pas négliger :

1. Préparer la campagne en amont

Demander de l’argent à des internautes ne se fait pas du jour au lendemain. On aura tendance à penser qu’une bonne idée suffit à convaincre tous les publics, pourtant, comme pour tout lancement de projet, il faut travailler sa communication avant tout, et avant la campagne !
C’est pourquoi avant de lancer votre campagne de financement participatif, commencez déjà par vous créer une base de « potentiels participants » sur les réseaux sociaux que vous allez pouvoir sensibiliser à votre problématique de campagne. Soyez présent, suscitez la curiosité, maitrisez l’art du teasing… et au bon moment, lancez votre demande de financement. Votre public sera tout de suite plus réceptif !

Le conseil : commencez à la préparer de 3 à 6 mois à l’avance selon le montant à récolter.

2. Définir un objectif réaliste

Du moment où l’on est décidé à se lancer dans le crowdfunding, on a tendance à vouloir demander au public de financer l’intégralité du projet. Si l’on peut en demander un peu, on peut aussi réussir à en demander beaucoup. Après tout, certains l’ont fait, pourquoi pas moi ? Et bien tout simplement pour deux raisons : premièrement, un objectif trop haut peut faire peur au public et l’empêchera de vouloir participer car « irréaliste » et « trop gourmand ». Ensuite, si votre objectif n’est pas atteint, vous ne toucherez rien.

Le conseil : définir un objectif « bas » et essayez de dépasser les 100% (plus attractif pour le public).

3. Bien choisir sa plateforme

Ulule, Kickstarter, KissKissBankBank, IndieGogo… les plateformes sont nombreuses pour permettre à votre projet de récolter des fonds grâce au crowdfunding. Pourtant, toutes ne vous permettront pas de façon égale de mener à bien votre campagne de financement. Ainsi, une campagne pour développer une épicerie en France aura plus de chance sur une plateforme locale que sur un géant américain, un projet artistique sur une plateforme qui met en avant la culture, etc. Il est donc important de prendre le temps de bien étudier les différentes options, visiter quelques pages de campagnes similaires à votre projet pour suivre leur développement… afin de choisir la plateforme plus appropriée à votre campagne.

Le conseil : étudiez la notoriété des plateformes, leur portée (française, européenne, mondiale), le nombre de projets financés et réussis dans votre catégorie (et le montant récolté), les modalités de mise en avant, les moyens de paiement…

4. Limiter la durée de la campagne

Ce n’est pas parce qu’une campagne durera 90 jours qu’elle vous permettra de récolter plus d’argent. Pour preuve, les projets ayant eu le plus de succès ont duré en moyenne 30 jours, et certains ont même atteint les 100% en moins de 3 jours ! Ainsi, votre campagne n’attendra pas de s’essouffler et vous pouvez maintenir une communication constante et « à flux tendu » pour atteindre l’objectif fixé… d’où l’importance du conseil #1.

Le conseil : Définissez une durée de 30-38 jours.

5. Proposer de belles contreparties

La plupart des campagnes de crowdfunding proposent aux participants de donner de l’argent en échange de contreparties. Remerciements sur la page du site, goodies, accès privilégié ou envoi en avant-première du produit… ne les négligez pas ! Ce sont elles qui vont déterminer la somme que va mettre l’internaute dans votre projet ! Elles doivent donc être alléchantes sans pour autant vous engager à perte.

Le conseil : soyez original et préparez un tableau de coût des contreparties VS somme investie pour calculer votre « bénéfice réel ».

6. « Pimper » la présentation

Encore une fois, lancer une campagne de crowdfunding répond aux mêmes règles qu’une campagne de communication réussie. C’est pourquoi vous ne devez pas négliger l’aspect visuel de votre page sur la plateforme. Photos, vidéos, mise en page colorée, tout doit être travaillé pour attirer visuellement l’internaute et lui donner envie de s’intéresser au projet.

Le conseil : définir une petite « charte graphique » et réaliser une jolie vidéo de quelques minutes (3 minutes en moyenne) montreront le sérieux de votre projet.

7. Raconter une histoire

Pour investir dans votre projet, les internautes doivent être convaincus par la viabilité et l’intérêt de votre projet. Mais ils seront d’autant plus sensibles à votre campagne si l’histoire que vous leur racontez fait écho à leurs propres valeurs, leur propre culture ou leurs croyances. C’est pourquoi il est important de prendre bien soin des mots que vous allez employer et éveiller chez eux l’envie.

Le conseil : bien structurer vos propos, être le plus clair possible et pouvoir expliquer le concept en une ou deux phrases.

8. Être transparent sur les fonds récoltés

Lors de votre présentation, il est indispensable de parler de l’utilité de l’argent récolté. Oui, les fonds vont permettre à financer le projet, mais comment ? Pour que les internautes puissent vous faire confiance, ils ont besoin d’une complète transparence sur les détails de l’utilisation des fonds. Savoir que 10% de la somme va servir à ceci et 50% à cela va permettre de transposer votre projet dans le réel et le public pourra se rendre compte que les X€ demandés ont une valeur réelle et un sens.

Le conseil : préparez un petit graphique simple et visuel ou une petite liste claire (et compréhensible).

9. Avoir une communication constante pendant une campagne… inconstante !

Voici un conseil bien étrange vous me direz ! En réalité, il fait écho à une panique courante lors de toutes les campagnes de crowdfunding. Le plus souvent, la campagne démarre fort, avec un taux de participation élevé. Ensuite, à mi-parcours, les participations ont tendance à s’essouffler… pour repartir vers la fin (« courbe en U ») ! Pour autant, quelque soit le taux de participation par jour, continuez à communiquer de façon constante. Faites des rappel sur les réseaux, demandez à vos proches de partager l’information une deuxième fois, amenez vos demandes de manière originale… Ce n’est pas parce que le taux de participation baisse qu’il faut perdre patience, et ce n’est pas parce que la participation augmente qu’il faut relâcher les efforts !

Le conseil : préparer un agenda quotidien en amont avec une stratégie sur les réseaux sociaux pour maintenir votre communication.

10. Gérer l’après-campagne

Lorsque vous atteignez les 100% ou plus et que le décompte est fini, c’est le moment où la partie commence vraiment pour vous. Pour autant, n’oubliez pas vos participants. Tenez vos engagements concernant les contreparties, tenez-les informés des avancées du projet, etc. Ils seront vos meilleurs ambassadeurs pour la suite !

Le conseil : relevez tous les noms et créez une base de données Excel pour faciliter les futurs contacts et l’envoi des contreparties.

C’était donc quelques conseils pour vous aider démarrer votre campagne de financement participatif, mais ils ne sont pas les seuls à prendre en compte avant de vous lancer.

En vous souhaitant bonne chance 😉 !

Laisser un commentaire